Trésor du mois – Un grand témoin de l’ancienne bibliothèque de Clairvaux

Pierre de Riga, Aurora, XIIIe siècle. Parchemin. 144 feuillets. Grandes initiales et lettrines en couleur. 198 × 148 mm. Reliure ancienne, en parchemin sur ais de bois, avec restes de fermoir. Cote BSG : MS 2598.

Pierre de Riga (1140?-1209?), chanoine de Reims, composa entre 1180 et 1200 son Aurora, paraphrase poétique des livres historiques de la Bible. Ces 15000 vers ont constitué l’un des textes les plus populaires du Moyen Age, fleuron du cursus scolaire médiéval, mine d’exemples pour lexicographes et grammairiens, dont témoignent plus de 460 manuscrits subsistants. Parmi les trois témoins conservés à la Bibliothèque Sainte-Geneviève, le manuscrit 2598 porte les marques d’une antique appartenance aux collections de l’abbaye de Clairvaux.

Fondée en 1115 par saint Bernard, l’abbaye Notre-Dame de Clairvaux occupa toujours une place exceptionnelle dans l’Ordre cistercien comme dans toute la chrétienté médiévale. Sa bibliothèque contribua largement à ce rayonnement. Elle est particulièrement bien documentée par les générations de catalogues qui se sont succédé au fil du XVe siècle.

La cotation la plus ancienne, mise en place après 1410, associe une lettre majuscule et un chiffre arabe, le tout transcrit plusieurs fois de suite et généralement sur le dernier feuillet du volume ; ainsi du cas qui nous occupe, où elle apparaît dans une manière de notice courte qui lui adjoint l’auteur et le titre du manuscrit : « Liber qui aurora di[citur] P. 16 P. 16 ». Barrée lors d’un classement ultérieur, elle est toutefois restée très lisible.

En 1459, sur injonction du chapitre général de l’Ordre cistercien, tous les abbés entreprennent l’inventaire des livres et du trésor de leurs monastères. À Clairvaux, à défaut d’être exhaustif, ce récolement suscite la seconde cotation des livres de la bibliothèque. La structure en est inchangée – une lettre, un nombre – mais la nouvelle cote n’est inscrite qu’une fois sous l’ex-libris du monastère. Ici : « Liber s[an]c[t]e marie clarevall[is] // D. 25 ».

Il faut attendre le début des années 1470 pour voir inventoriée la totalité du fonds, au terme d’un long travail de recensement et de reclassement conduit par le bibliothécaire et futur prieur Jean de La Véprie. C’est lui qui rédigea, sous l’égide du nouvel abbé Pierre de Virey, le grand catalogue achevé en mai 1472. Chacun des 1750 manuscrits y est enregistré sous sa cote et assorti d’une notice en français. Notre « D 25 » s’y trouve ainsi signalé dans la catégorie Metrificatura super Bibliam [Bibles versifiées] :

« Item ung autre petit volume contenant aussi ladite Bible metrifiee dudit docteur [magistri Petride Riga que dicitur Aurora], commençant on second feullet ‌‌‌// materiam de qua, et finissant on penultime esse reus // Et est imparfaicte. Ainsi signe D 25 ».

La construction d’une seconde bibliothèque (achevée en 1503) suscitera, après replacement des collections, un nouvel outil : le répertoire élaboré par le moine bibliothécaire Mathurin de Cangey en 1521. La copie de l’Aurora mentionnée sous la nouvelle cote « B b VIII » pourrait être l’ancien « D 25 » : l’étiquette de papier collée au plat inférieur, portant auteur, titre et mention d’incomplétude, bien que dégradée, est typique de celles qui furent apposées lors de cette énième réorganisation des fonds.

L’inscription en 2009 de la collection des 1115 manuscrits subsistants de l’Abbaye (dont 1021 conservés à la Médiathèque de Troyes) au registre Mémoire du monde de l’UNESCO, ainsi que l’approche du neuvième centenaire de la fondation de Clairvaux en 2015, ont suscité le projet de la Bibliothèque virtuelle de Clairvaux, reflet numérique du contenu des fonds de l’Abbaye, inaugurée en juin 2015. C’est dans ce contexte que vient d’être numérisé le manuscrit 2598 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, consultable sur Internet Archive à l’adresse https://archive.org/details/MS2598a.

Marie-Hélène de La Mure

Voir aussi les éditions numérisées sur Europeana.

Esquisse bibliographique :

- Vernet, André, dir. La bibliothèque de l’abbaye de Clairvaux du XIIe au XVIIIe siècle. I, Catalogues et répertoires. II (première partie), Les manuscrits conservés : Manuscrits bibliques, patristiques et théologiques. Paris, Éd. du CNRS, 1979 et 1997.

- Genest, Jean-François. Les manuscrits de Clairvaux de saint Bernard à nos jours. Troyes, Association « Champagne historique », 2006. Numéro spécial de La vie en Champagne, n° 46, avril-juin 2006.