Trésor du mois mai – A la Recherche du paradis, de Thor Heyerdahl : naissance d’un explorateur norvégien

A la Recherche du paradis, de Thor Heyerdahl :

naissance d’un explorateur norvégien

 

HEYERDAHL, Thor. På jakt efter paradiset : et år på en sydhavsø. Oslo : Gyldendal norsk forlag, 1938. Achat Oslo rare books, 2016. Edition originale. Signature manuscrite sur la page de titre : G. H. Rosaas. Cote : 8 NN 10404 NOR.

C’est de rêve et d’utopie que parle Thor Heyerdahl (1914-2002), dans son premier ouvrage paru en 1938 : På Jakt efter paradiset (à la Recherche du paradis). L’anthropologue, archéologue et navigateur norvégien donne le récit de sa fuite de la civilisation, comme l’indique l’épigraphe dès le premier chapitre :

«Til sollandet.
På flukt fra civilisasjonen. Tahiti, vår første sydhavsø. Papeete, Sydhavets Marseille. I høvding Teriieroos hjem. Vi blir adoptert som polynesiere ».

« En direction du pays du soleil.
Fuite de la civilisation. Tahiti, notre première île de la mer du Sud. Papeete, le Marseille du Grand-Océan austral. Dans la maison du chef Teriieroo. Nous sommes adoptés comme Polynésiens. »

Faisant une croix sur les îles habitées et touristiques de sa carte de la mer du Sud1 (Sydhavet est l’ancien nom norvégien de l’océan Pacifique), Thor Heyerdahl relate sa recherche d’une terra incognita dans ce premier livre programmatique.

D’une part, la première destination choisie en 1936 par le navigateur devait être déterminante : alors doctorant à Oslo, il se rend avec sa première épouse Liv Coucheron Torp dans l’archipel des îles Marquises. Frappé par la ressemblance entre l’art des îles de Polynésie française et l’art amérindien, Thor Heyerdahl émet l’hypothèse d’un peuplement de l’Océanie venu d’Amérique du Sud, et non pas uniquement d’Asie du Sud-Est.

L’édition originale ici présentée, dans une reliure en toile bise ornée d’un motif représentant une île, laisse d’autre part augurer, par son aspect simple et rugueux, ce qui fera le génie du projet de Thor Heyerdahl lors de sa deuxième expédition, dix ans plus tard : se laisser dériver sur un radeau équipé d’une voile rudimentaire, afin de reproduire les conditions préhistoriques d’une migration depuis Callao, au Pérou, vers l’Océanie. Le nom choisi est celui du roi indien du soleil, l’embarcation s’inspirant des navires précolombiens, constitués de rondeaux de balsa entourés de cordes.

De retour de cette expédition accomplie avec un équipage de six hommes en tout – accompagnés d’un perroquet, entre le 28 avril et le 7 août 1947, Thor Heyerdahl publie son deuxième ouvrage, Kon-Tiki ekspedisjonen, paru en 1948 aux éditions Gyldendal également.

Si A la Recherche du paradis n’est à ce jour pas encore traduit en français, L’Expédition du Kon-Tiki devient rapidement un succès international. Décoré de la médaille d’argent de la Société suédoise d’anthropologie et de géographie Anders-Retzius en 1950, Thor Heyerdahl publie en 1952 l’ouvrage American Indians in the Pacific : the theory behind the Kon-Tiki expedition afin d’étayer sa démonstration. Ses conclusions sur le peuplement de l’Océanie sont controversées. Cependant, sa méthode de travail, caractérisée par son interdisciplinarité et par le recours aux témoignages oraux des indigènes, lui vaut la reconnaissance de savants comme Alfred Métraux, spécialiste des peuples d’Amérique latine, d’Haïti et de l’île de Pâques.

Le succès auprès du grand public ne se dément pas depuis la publication de Kon-Tiki ekspedisjonen, ouvrage paru dans un contexte d’après-guerre où la culture populaire, le tourisme à ses débuts et la prospérité invitent à retrouver l’Eden perdu. D’autres expéditions, d’autres récits de voyages suivront, parmi lesquels : Aku-Aku, , Tigris. Aujourd’hui, un musée à Oslo, ouvert en 1950 sur la presqu’île de Bygdøy, permet de voir le radeau Kon-Tiki et de répondre à l’appel du large.

Florence CHAPUIS

 Nous remercions Victor BARABINO pour les recherches complémentaires effectuées.

[1] « Le Grand-Océan reçut, des premiers navigateurs qui le visitèrent, le nom très-impropre de mer du Sud, par opposition à la mer du Nord, qui, pour eux, n’était autre chose que l’Atlantique. Ce n’est pas avec plus de raison qu’on l’appelle encore quelquefois mer Pacifique, car on y essuie des tempêtes aussi violentes que dans aucun autre océan ; mais ce nom lui fut imposé par Magellan, qui, dans une longue navigation, n’éprouva pas de mauvais temps dans cette mer. » in Dictionnaire géographique universel : contenant la description de tous les lieux du globe intéressans sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc. / par une société de géographes. Paris : A.J. Kilian : Ch. Piquet, 1823-1833. Volume 4.

Consultable en ligne :

https://play.google.com/books/reader?id=BLYBAAAAYAAJ&printsec=frontcover&output=reader&hl=fr&pg=GBS.PA473

BIBLIOGRAPHIE

MORTENSEN, Peter. « Trouble in Paradise : revisiting identity in two texts by Thor Heyerdahl » in Scandinavian studies, n°3 (2016). Pages 246-269. Cote : 8 P 779 NOR. Numéro en salle de lecture de la Bibliothèque nordique. Article évoquant la construction du mythe Thor Heyerdahl – qui s’inscrit dans la lignée de ses compatriotes Roald Amundsen et Fridtjof Nansen, les techniques narratives de cet auteur dans På jakt efter paradiset et Fatu-Hiva : back to nature notamment, et la dimension éthique de son œuvre : la préoccupation pour l’environnement, le discours sur la colonisation et sur le « bon sauvage », la critique du capitalisme étant récurrentes dans ses ouvrages.

LOE, Erlend (1969 – ). L. Oslo : Cappelen, 1999. Ce roman, simplement intitulé L.,  est une parodie de Kon-Tiki ekspedisjonen revisitant le genre du récit de voyage, autant qu’un hommage à l’explorateur norvégien Thor Heyerdahl. Cote : 8 SC SUP 89147 NOR.

HEYERDAHL, Thor (1914-2002). American Indians in the Pacific : the theory behind the Kon-Tiki expedition. London ; Oslo ; Stockholm : G. Allen & Unwin : Gyldendal Norsk forlag: Bokförlaget forum AB, 1952. Cote : 8 SC SUP 36588 NOR.

HEYERDAHL, Thor (1914-2002). Aku-Aku : Le secret de l’Ile de Pâques. Trad. du norvégien par Marguerite Gay et Gerd de Mautort. Paris : Albin Michel, 1958. Cote : 8 SC SUP 40916 NOR.

HEYERDAHL, Thor (1914-2002). Expéditions Râ. Adapté du norvégien par Elisabeth et Christine Eydoux. Paris : Presses de la Cité, 1970. Cote : 8 SC SUP 53465 NOR.

HEYERDAHL, Thor (1914-2002). Tigris : à la recherche de nos origines. Traduit de l’anglais sous la direction de Jacques Mordal. Paris : Albin Michel, 1979. Cote : 8 SC SUP 63646 NOR.

Site internet du musée du Kon-Tiki : http://www.kon-tiki.no/expeditions/

Accès aux récits de voyages nordiques numérisés par la bibliothèque Sainte-Geneviève : https://archive.org/search.php?query=%28voyageurs%29%20AND%20-subject%3A%28ferdinand%20denis%29%20AND%20collection%3A%28bibliothequesaintegenevieve%29