Trésor du mois – Dialogue de mes lampes

MAGLOIRE-SAINT-AUDE. Dialogue de mes lampes. Port-au Prince : Imprimerie de l’Etat, 1941. In-8°. Couverture illustrée, numéroté 33/50 exemplaires sur beaux papiers. Frontispice de Milo Rigaud. Cote : DELTA 86879 (9). Provenance : don de l’Union culturelle et technique de langue française.

Cet ouvrage est une édition originale rare du premier recueil de poésie de l’écrivain haïtien Magloire-Saint-Aude. Né le 2 avril 1912 à Port-au-Prince, Clément Magloire fils est l’héritier d’une famille de notables : son père est le fondateur du journal Le Matin. Il publie très jeune ses premiers poèmes dans La Relève et Le Matin. En 1938, il participe au mouvement indigéniste des Griots : La Revue scientifique et littéraire d’Haïti, en compagnie de Carl Brouard (ancien de La Revue Indigène), François Duvalier (futur dictateur) et Lorimer Denis (ethnographe). Les objectifs de cette publication sont exposés dans le premier numéro : « faire appel à la collaboration de tous pour chanter le pays haïtien ». Mais Magloire va  prendre assez rapidement ses distances pour suivre une nouvelle voie.

1941 est pour lui une année décisive : il publie le recueil Dialogue de mes lampes et devient Magloire-Saint-Aude, rejetant le prénom de son père et ajoutant le nom de sa mère. Cette plaquette, illustrée par Milo Rigaud, spécialiste du vaudou, comprend onze courts poèmes, dialogues entre le poète et lui-même, entre ses désirs et ses rêves, marqués par le sentiment du vide, titre du premier texte. Les symboles foisonnent, l’hermétisme domine. Dans sa préface, Philippe Thoby-Marcelin, l’un des fondateurs de La Revue indigène et lui-même auteur de poèmes avant-gardistes, n’hésite pas à qualifier Magloire-Saint-Aude de « surréaliste ». Mais en 1942, Edris Saint-Amand dans son Essai d’explication de «  Dialogue de mes lampes » considère que le poète n’est pas vraiment surréaliste : « il compose une œuvre en apparence incohérente, mais sous la dictée de l’intelligence claire, en état de veille ». Quoi qu’il en soit, dès l’après-guerre, l’œuvre est reconnue et appréciée au-delà d’Haïti. En 1953 dans La Clé des champs, André Breton lui-même salue ainsi le travail du poète : « quand je me demande pour l’impression de quelle œuvre contemporaine, il ne saurait y avoir de trop beaux caractères […], je reviens infailliblement aux deux très minces plaquettes : Dialogue de mes lampes et Tabou .

Que devient Magloire-Saint-Aude après ce coup d’éclat ? Il se consacre surtout au journalisme, vivant en paria dans un quartier pauvre de Port-au-Prince. Il publie en 1956 un troisième et dernier recueil de poèmes Déchu. Alternant séjours en prison et à l’hôpital, il meurt le 27 mai 1971 et a droit paradoxalement à des funérailles nationales.

La provenance de l’exemplaire conservé est particulièrement intéressante. Il s’agit en effet d’un volume dédicacé à Maurice Dartigue, nommé en 1941 ministre de l’Éducation, de l’Agriculture et du travail d’Haïti. Exilé en 1946, il travaille de 1956 à 1971 à l’UNESCO et meurt à Paris en 1982. La plaquette est récupérée par l’Union culturelle dont l’un des objectifs est de constituer une bibliothèque internationale de langue française et est donné à la bibliothèque Sainte-Geneviève en 1984.

Anne Vergne

Bibliographie :
Edris SAINT-AMAND. Essai d’explication de « Dialogue de mes lampes ». 3e éd. Port-au-Prince  : Ed. mémoire, 1995 – 8 Y SUP 67778
Stéphane MARTELLY. Le sujet opaque : une lecture de l’œuvre poétique de Magloire-Sainte-Aude. Paris : L’Harmattan, 2001 – 8 Y SUP 84873
André BRETON. La clé des champs. Paris : Editions du Sagittaire, 1953 – 8 Y SUP 14469
Naomi M. GARRET. The Renaissance of Haitian poetry. Paris : Présence africaine, 1963 – 8 Y SUP 20686
Les Avant-gardes littéraires au XXe siècle / sous la dir. de Jean WEISGERBER. Budapest : Akadémiai kiado, 1986 – 8 COL 3319 (4)
The Dedalus book of surrealism. 1 The identity of things / ed. by Michael RICHARDSON. [London] : Dedalus, 1993 – 8 Y SUP  56518 (1)
Michal OBSZYNSKI. Manifestes et programmes littéraires aux Caraïbes francophones. Amsterdam  : Rodopi, 2016 – 8 U SUP 1761