Sainte-Geneviève et les saints tutélaires de l’abbaye

On a recensé une centaine d’enluminures représentant sainte Geneviève, notamment dans des bréviaires, des missels et des livres d’heures ; elle y figure en général seule, vêtue d’une robe de jeune fille, rarement de religieuse, toujours nimbée, parfois voilée, et dotée de ses attributs traditionnels : le livre, symbole de la foi et de la prière, et le cierge, objet d’une lutte entre un ange et un démon.

Il arrive cependant qu’elle apparaisse avec d’autres personnes, dans un épisode historique ou légendaire de sa vie, ou bien qu’elle soit accompagnée des saints qui lui sont associés : saint Pierre, saint Paul et saint Augustin.

C’est en effet aux Saints Apôtres, Pierre et Paul, que fut dédiée, selon le souhait de Geneviève, la basilique originelle érigée par Clovis sur le mont Lucotitius, devenu montagne Sainte-Geneviève ; de même, la basilique, devenue abbaye, prit au IXe siècle le nom de la sainte. Abritant les tombeaux de Geneviève, de Clovis et de Clotilde, l’abbaye fut confiée d’abord à des bénédictins, puis à des chanoines suivant la règle de saint Augustin.

On remarquera ainsi la présence de saint Pierre, saint Paul et saint Augustin aux côtés de sainte Geneviève dans certaines enluminures de manuscrits de l’abbaye, notamment sous une Crucifixion dans un missel du XIVe siècle et en tête d’un censier du XVIe siècle consignant les cens, rentes et droits seigneuriaux dus à l’abbaye.

 

Suite : Le miracle du cierge

Retour au sommaire