Les salles du rez-de-chaussée et de la Réserve

Le vestibule centrale sépare le rez-de-chaussée du bâtiment en deux parties. La partie gauche, qui comprenait les salles anciennement baptisées de Théologie et des Doubles, a conservé une fonction de stockage de masse des collections, renforcée entre 1931 et 1932 par la construction de magasins dont la structure métallique était inspirée du fameux magasin des imprimés établi par Labrouste à la Bibliothèque nationale. Cette aile du bâtiment reçu également, dès le XIXe siècle, des bureaux qui n’avaient pas figuré dans les plans initiaux.

La partie droite du rez-de-chaussée fut destinée dès l’origine à abriter les fonds précieux, d’où l’appellation de salles des Manuscrits et des Estampes. C’est le rôle qui lui reste dévolu puisqu’elle abrite le département de la Réserve. L’essentiel des boiseries et des armoires de chêne qui décorent la salle de lecture et les magasins de la Réserve ont été établies par l’atelier Mathérion du temps de Labrouste, en deux étapes (1850 et 1866). Une restructuration importante de cet espace fut entreprise en 1933. La salle de lecture actuelle fut aménagée en place de deux vestibules abritant des collections d’objets d’art. La salle de lecture ancienne donnant sur la rue Valette, jugée trop éloignée de l’entrée, fut divisée en trois sections, dont deux furent réservées aux collections de manuscrits de Sainte-Geneviève, et la troisième accueillit la bibliothèque littéraire Jacques Doucet, récemment confiée à l’université de Paris. Mobilier, œuvres et objets d’art provenant de l’Abbaye sont dans les locaux de la Réserve.

suite >>